Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

UVC

Le meilleur moyen de connaitre le monde c'est en l'écoutant.

L'art de chasser - Creppypasta

L'art de chasser - Creppypasta

Il faisait soleil à Juillan, ce matin du 4 juillet.

Il avait des trombes pendant près d'une semaine, arrachant toute les fleurs que l'été avait produit. Les caniveaux débordaient mais l'occasion était parfaite pour aller ce ballader.

Je me suis réveillée en entendant le chant des oiseaux et le vent glissant parmis les feuilles des arbres. Tout semblait parfait à l'extérieur. Les rayons de soleils se reflétaient sur les chaussés humides ne faisaient que m'attirer davantage à l'extérieur. J'étais si exité de pouvoir enfin sortis. Je me suis équipé pour aller dehors et j'ai posé le pied sur le sol humide.C'était un soulagement de pouvoir enfin sortir de cette sordide auberge ! Mais pas on glissé tous seul sur le sol pour me mener vers cette foret que j'apprécié tant. Je suis entré dans la zone de chasse puis j'ai rejoind mon poste d'observation habituel. J'ai sorti mon équipement et j'ai attendu qu'une proie vienne à ma rencontre. J'aimais tout particulièrement la chasse. L'art de pister, mais je detestais les proies que je chassaient. Je ne les respecté absolument pas, et à vrai dire cela ne m'aurait pas embetté le moins du monde que l'espèce disparaisse. Et je suis sure que je ne suis pas la seule. 

Une proie est enfin arrivée,  marchant seule au milieu des bois. Une erreur qui lui aura été fatale. Apres m'être assurée qu'elle était bien seule et ne communiquait avec personne j'ai visé. Tiré. En plein dans le mile. Juste au dessus du genou. Ma magnifique proie c'est effondrée en criant sous le coup de la douleur. Alors je me suis approché un couteau à la main. Et elle c'est mise à hurler en me voyant. Profitant de son moment de faiblesse je lui ai planté mon couteau dans le ventre et l'ai éventrée de manière chirurgicale. Encore une nouvelle victime. 

Ce que j'aimais la chasse, la sensation que l'on ressentait au moment d'abattre sa victime. Je l'ai prise sur mon épaule et l'ai emmenée dans ma cabane où je l'ai déposée sur une table en fer lisse. Là, je me suis occupé de la découper et de l'emballer soigneusement pour aller la mettre au frais. Assez de nourriture pour plusieurs semaines.. Mais que voulez vous ? Les cannibales doivent bien se nourrir..

 

L'art de chasser // Amandine ROSSATO

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article